Ta première colle






Qu’est-ce qu’il faut faire pour réussir la colle ?

  • Le résumé doit inclure les points principaux du texte/document, de manière à ce que quelqu’un qui ne l’a pas lu puisse le comprendre. Cela semble simple, mais 90% des colles que nous voyons ne parviennent pas à ce résultat.

  • Le commentaire est une réponse argumentée à une question, sauf que lors de la colle on ne vous donne pas de sujet : vous devez trouver une problématique par vous-même. Elle doit répondre au thème principal du document. Un commentaire doit comprendre de bonnes idées (une connaissance du monde anglophone) et de bons mots de liaison.

  • Dans l’entretien, on vous posera des questions sur ce que vous avez dit, par exemple si quelque chose doit être clarifié, ou s’il y a un problème de logique dans ce que vous avez dit. Les examinateurs vont également vous demander de réfléchir à des thématiques proches de celle du document.

Voici quelques éléments auxquels il faut faire attention dans chaque partie de la colle.

Introduction

  • Ne commencez pas avec « the text is about » ou « this text deals with » (par exemple, « this text is about climate change »). Ces phrases sont vides de sens et ne retiendront pas l’attention de l’examinateur.

  • Ne commencez pas la colle en mentionnant des détails du document tels que titres, date, source, nom du journaliste. Les examinateurs sont clairs : ces éléments ne sont pas nécessaires dans l’introduction.

  • Commencez par le contexte : à quel thème ou problème plus global le texte fait-il référence ?

Résumé

  • Ne faites pas de résumé linéaire. Une colle typiquement mauvaise contient des fragments du document reliés les uns aux autres par des mots tels que « first », « then », « finally », ce qui empêche les examinateurs de comprendre la logique de l’article.

  • Le plus important est d’identifier le message du texte ; ce qu’il veut dire : par exemple, offre-t-il une solution à un problème ?

  • Faites attention au type de texte qui vous est proposé. Certains textes expriment une opinion de manière explicite, tandis que d’autres (les plus communs dans le concours) sont beaucoup plus implicites. Il est important de savoir les différencier, car cela a un impact sur la méthode et le type d’expressions à utiliser. Par exemple, vous ne pouvez pas dire « the journalist argues » pour un document qui relate simplement des faits sans aucune opinion.


 

Pour accéder à l’ensemble de cet article gratuitement en version PDF, merci de suivre ce lien.

 

Pour accéder à l’ensemble de cet article en version PDF gratuitement, merci de suivre ce lien.